ELUNA 2014 à Montréal et les nouveaux systèmes de gestion de bibliothèque

Le congrès de l’association ELUNA – Ex Libris users of North America – se déroulera à Montréal cette année, du 29 avril au 2 mai. Qu’est-ce que c’est au juste? C’est un congrès axé autour des logiciels de bibliothèques de la compagnie Ex Libris, organisé par l’association des clients. Le congrès a lieu chaque année dans une ville différente aux États-Unis. Un équivalent "international" existe aussi, IGELU, qui organise un congrès à l’automne, généralement en Europe.

Puisque les bibliothèques du réseau de l’Université du Québec utilisent plusieurs des logiciels de la suite d’Ex Libris, j’ai eu l’occasion d’assister à ce congrès les dernières années. Je n’en avait pas parlé sur mon blog, puisque les sujets sont liés de près à ces logiciels, donc possiblement de peu d’intérêt pour ceux qui ne les ont pas, mais j’ai décidé de faire une exception cette année, comme il a lieu à Montréal. Les bibliothèques de McGill, l’Université de Montréal et l’UQAM sont hôtes de l’événement, qui se tiendra au Reine Élisabeth.

Les sessions qui m’intéressent plus particulièrement sont celles à propos de Alma, la solution de système de gestion de bibliothèque hébergée en ligne. En 2009, dans mon article SIGB en mode local : mort annoncée?, j’avais évoqué :

On peut donc imaginer que dans 5 ans, les systèmes de gestion de plusieurs bibliothèques se trouveront dans le "nuage", qui chez un fournisseur commercial, qui chez une société à but non lucratif.

Dans les faits, la transition est plus lente que ce que j’avais imaginé, 5 ans plus tard nous ne sommes pas encore tous rendu là. La transition commence toutefois à se faire. Bibliothèque et Archives Canada a annoncé son intention de passer à la solution WorldShare de OCLC (voir l’article dans Le Devoir ou le Préavis d’adjudication de contrat).

C’est un sujet à suivre!

Retour sur Access 2012

J’étais à Montréal la semaine dernière pour assister à la conférence Access 2012. Je ne ferai pas de résumé exhaustif, d’autres l’ont très bien fait : live blog officiel, Cynthia Ng (celle-ci gagne des points pour avoir ajouté des photos de bébé animaux dans ses résumés, c’est cute!).

Je suis revenu de Access totalement énergisée. Pour les bibliothécaires systèmes d’universités québécoises dans l’audience, ça m’a beaucoup fait pensé aux journées NST, mais en plus gros. Les conférences étaient de deux types : partage d’expérience sur des projets à saveur technologique ou réflexion sur les thèmes et enjeux du moment. Même s’il y a peu de chance qu’on implante des  projets similaires, ça permet de voir des trucs et des solutions mis en place pour répondre à des besoins précis.

La présentation qui m’a le plus marquée était celle de Alistair Croll : Big Data, Answers, and Civil Rights. On ne peut plus ignorer la puissance que peuvent conférer les grands ensembles de données. Sur sa recommandation, j’ai commencé à lire The Righteous Mind : Why Good People Are Divided by Politics and Religion de Jonathan Haidt, livre très intéressant qui fait réfléchir sur la manière dont on forme nos opinions.

Les présentations étaient vraiment intéressantes, certains présentateurs étaient particulièrement doués. Lisa Goddard par exemple a réussi à expliquer très simplement le concept de Linked Data. On voyait les visages s’éclairer dans la salle (et sur Twitter). Dans mon cas, il y a seulement eu une présentation qui ne me rejoignait pas, trop loin de ma réalité : celle qui présentait l’outil de gestion de serveur Chef.

Plusieurs présentateurs ont fait référence au graphique de Gartner présentant le "hype cycle" des technologies émergentes :

Hype cycle for emerging technologies

Hype cycle for emerging technologies de Gartner

Les thèmes de big data, le cloud computing et l’impression 3D ont été couverts pendant la conférence. Des bibliothécaires de l’Université de Dalhousie ont amené leur imprimante 3D sur place en démonstration. Ça m’a permis de mieux comprendre le processus et de voir le résultat. Les pièces produites peuvent être utiles pour démonstration, mais ne sont pas assez solides pour remplacer des pièces usinées habituelles. Ce dernier aspect est lié à leur choix de matériau. Pour éviter les émanations toxiques, ils ont sélectionné un plastique moins résistant.

J’ai été déçue de voir aussi peu de collègues des bibliothèques francophones québécoises, il fallait profiter du fait que c’était à Montréal cette année! Comme toutes les conférences, ça m’a permis de mettre un visage sur des gens avec qui je communique à distance.

Access sera à St-Jean Terre-Neuve en 2013. La conférence de cette année était disponible en webdiffusion, en espérant que la prochaine le soit aussi. C’est un moyen d’avoir l’information pour ceux qui ne peuvent se déplacer.

En conclusion, mon expérience m’a fait comprendre pourquoi autant de gens s’extasiaient à propos de cette conférence, Access est vraiment une conférence géniale!

Un grand merci aux organisateurs de cette année!

MàJ de janvier 2013 : Les enregistrements des présentations ont été déposés sur Youtube : https://www.youtube.com/user/accesslibcon

Un automne riche en congrès à Montréal

Deux congrès intéressants pour les bibliothécaires ont lieu à Montréal cet automne : Access 2012 du 19 au 21 octobre et le Congrès des milieux documentaires du 31 octobre au 2 novembre.

Access

Access est un congrès canadien axé sur les technologies en bibliothèque. Cette année, il se tient à Montréal, ce qui donne la chance d’y assister sans trop entamer mon budget de déplacement! Contrairement à plusieurs autres congrès, il n’y a qu’une session à la fois. L’avantage, c’est qu’on ne peut rien manquer, mais l’inconvénient c’est que si quelque chose nous intéresse moins… ça nous force à faire des découvertes?

Le congrès se tient au Centre Mont-Royal, sur Mansfield, du 19 au 21 octobre : c’est-à-dire du vendredi au dimanche. Le jeudi, deux journées thématiques sont offertes : un hackfest et une introduction au langage Python.

Consultez le programme, s’il vous convainc, il n’est pas trop tard pour vous inscrire!

Congrès des milieux documentaires

À la fin octobre, c’est le rendez-vous annuel de tous les professionnels de l’information (et j’inclus les techniciens) : le Congrès des milieux documentaires du Québec. Du 31 octobre au 2 novembre, le palais des congrès de Montréal sera envahi par des professionnels de tous les milieux : bibliothèques publiques, universitaires, collégiales, scolaires, spécialisées, mais également centres archives et centres de documentation.

Le programme reflète la variété des champs d’intérêt. Plusieurs colloques se tiennent dans le cadre du congrès. Ici, les choix peuvent parfois être difficiles.

Certains fournisseurs de produits et services pour bibliothèques peuvent être rencontrés à l’exposition, c’est l’occasion de parler avec des représentants de solutions que vous utilisez régulièrement, ne vous en privez pas!

Consultez le programme et inscrivez-vous!

Au plaisir de vous croiser à l’un ou l’autre de ces congrès!

Nouveau plugin de recherche pour le grand dictionnaire terminologique

La nouvelle version du site web du grand dictionnaire terminologique (GDT) a été rendue disponible récemment. Pour ceux qui ne connaissent pas le GDT, c’est un dictionnaire produit par l’Office québécois de la langue française qui est très utile pour connaître les traductions officielles (québécoises) de la terminologie spécialisée en anglais. C’est la meilleure source pour les termes français des nouveautés web par exemple.

En plus d’avoir bénéficié un "lifting" visuel, le site permet désormais faire des liens directement aux définitions, ce qui est une importante amélioration par rapport à l’ancien site! Par exemple, j’ai découvert la nouvelle version du site en recherchant le terme français pour "Responsive web design".

Mais il y a autre chose que j’ai trouvé particulièrement intéressant avec cette version. J’avais parlé il y a deux ans des plugin opensearch dans le navigateur. J’allais chercher un moyen de mettre à jour mon plugin de recherche pour le GDT, quand j’ai remarqué que l’OQLF a décidé d’en produire un et même d’en faire la promotion sur la page d’accueil! Si ça vous intéresse, il est présentement dans le coin inférieur droit de la page.

J’espère que ça fera connaître les plugins de recherche à plus de gens. Je suis certaine que ce sera bien apprécié des utilisateurs du dictionnaire.

Merci à l’OQLF pour la refonte (très attendue) du site et pour le plugin de recherche!

Signapplet (bookmarklet) pour ajouter le préfixe ezproxy

En décembre dernier, Marie-Ève Émond-Beaulieu et moi avons présenté le projet "Boîte à outils" lors du troisième congrès des milieux documentaires du Québec. Vous pouvez consulter notre présentation sur Slideshare et elle se trouve également sur le site du congrès.

Suite à la présentation, plusieurs personnes m’ont contacté pour en connaître plus sur un des outils en particulier, le signapplet d’accès aux ressources de l’extérieur du campus. J’ai d’abord détaillé le tout dans un courriel, puis je me suis dit que ça ferait un bon billet de blog (et on m’a rappelé que ça faisait assez longtemps que je n’en avait pas publié!)

Je tiens à préciser que l’idée et le code proviennent d’un article de blog de Aaron Tay : Adding ezproxy to the url – 5 different methods. Si vous ne connaissez pas encore son blog, je vous invite à vous y abonner, il publie régulièrement des articles très intéressants.

Donc, on parle de quoi?

D’abord, quelques définitions.

Signapplet est traduction française de bookmarklet (selon l’Office québécois de la langue française). Il s’agit d’un bout de code, généralement du javascript, qui est conservé dans un favori dans son navigateur. Lorsqu’on clique sur le favori, le javascript est exécuté.

EZproxy est un proxy web, un logiciel installé sur un serveur qui permet de donner accès aux ressources réservées à ses usagers de l’extérieur du campus. Il est utilisé par de nombreuses bibliothèques. Pour accéder aux ressources, il faut utiliser une URL qui inclut le préfixe proxy. Normalement, l’usager doit donc toujours utiliser l’adresse URL fournie par sa bibliothèque.

Le signapplet permet d’ajouter ce préfixe proxy à des adresses URL sans passer par la bibliothèque.

Mais encore…

Par exemple, si l’usager trouve un article via Google, il arrivera sur la page du fournisseur, qui lui demandera 35$ pour consulter le dit article, alors qu’il peut y avoir accès "gratuitement" via sa bibliothèque. Une fois sur la page de l’article, en cliquant sur le signapplet, l’URL de la page sera réécrit : le préfixe proxy de la bibliothèque sera ajouté. L’étudiant devra s’identifier puis, si la bibliothèque est abonnée à la ressource en question et que celle-ci est configurée dans EZproxy,  il aura accès à l’article.

Comment faire?

Si votre bibliothèque utilise EZproxy, vous pouvez facilement adapter le code suivant  :

javascript:void(location.href=%22http://proxy.uqar.qc.ca/login?url=%22+location.href);

en remplaçant "http://proxy.uqar.qc.ca/login?url=" par votre préfixe proxy.

Après, il s’agit simplement de faire un hyperlien avec comme lien le code javascript. On peut glisser-déposer le lien sur la barre personnelle ou faire un clic-droit sur le lien pour ajouter aux favoris. Voici comment la bibliothèque de l’UQAR présente le tout : Signapplet – Accès UQAR.

Do you speak technical?

Si le raccourci est rendu public, il faut s’assurer que la page d’erreur d’EZproxy est traduite. Avec l’installation par défaut d’EZproxy, si vous essayez le signapplet avec une page qui n’est pas configurée dans votre proxy, vous aurez le message suivant :

To allow http://www.google.ca/ to be used in a starting point URL, your EZproxy administrator must first authorize the hostname of this URL in the config.txt file.

Within this database’s section of config.txt, either the following line must be added:

    Host www.google.ca

or, alternatively, a RedirectSafe for this host or domain may be appropriate.

After editing config.txt, the EZproxy server must be restarted to make changes take effect.

Pour inscrire un message plus parlant pour les usagers, il faut modifier le fichier : ezproxy\docs\needhost.htm sur votre serveur proxy.

Une fois le signapplet intégré dans le navigateur, les ressources de la bibliothèque seront beaucoup plus facile d’accès.

Est-ce que vous connaissez d’autres petits gadgets qui sont simples mais facilitent la vie?

Library Day in the Life [fr] – vendredi 3 février

Cinquième et dernière journée dans le cadre du Library Day in the Life Project.

AM

La journée commence encore avec les courriels.

On poursuit avec un suivi pour le site EndNote.

Retour sur la proposition Drupal, organisation d’une rencontre des six personnes impliquées, question de ne pas avoir la même conversation de 30 min chaque fois.

À 10h, petite pause pour le traditionnel café de Starbucks du vendredi avec mon collègue.

Un peu de vérifications d’informations de chez le fournisseur de plusieurs de nos logiciels de bibliothèque.

Retour à Captivate pour la mise à jour des capsules tutoriel.

PM

Réunions, réunions. De 13h30 à 15h pour préparer une présentation avec les collègues, puis de 15h à 16h pour établir la suite avec les sites Drupal. Et la semaine est terminée!

 

Retour sur Library day in the life

L’expérience de #Libday était intéressante pour moi également, je ne fais pas souvent de suivi aussi détaillé de ce que je fais au bureau. Je dois noter que comparé aux semaines habituelles, il manque de téléconférence dans celle-ci, normalement la moyenne est plus autour de  deux par semaine!

Library Day in the Life [fr] – jeudi 2 février

Quatrième jour de ma participation à Library Day in the Life.

AM

Dans la suite de mes lectures de courriel : suivi avec la développeuse web pour le site EndNote.

Réception de l’analyse d’un consultant Drupal sur la migration à la nouvelle version de sites internes et envoi de mon avis sur le sujet aux collègues, discussions avec dits collègues.

Commencé les mises à jour des capsules tutoriel.

PM

De retour de mon cours de yoga-midi, je parcours Twitter en mangeant.

Je me remets aux capsules tutoriel, ce qui occupera la majeure partie de l’après-midi. Une petite coquille me fera perdre 45 min de travail… la minutie est nécessaire parfois!

Eu quelques autres échanges suite à la proposition du consultant Drupal.