Bib Talks : lieu d’échanges à propos des bibliothèques

L’automne dernier, des bibliothécaires de l’ÉTS et de l’UQAC ont mis en ligne le site Bib Talks, dans le but de :

laisser la parole aux bibliothécaires et personnels des bibliothèques, voire même aux usagers. Les laisser exprimer leurs visions des grands enjeux liés aux bibliothèques académiques

Le site est pensé pour des publications anonymes afin d’éviter l’auto-censure qu’on voit souvent en ligne.

Vous avez une idée, une réflexion à propos des bibliothèques? Vous pouvez la publier et ajouter votre opinion sur le sujet, afin de d’autres collègues enrichissent par la suite la discussion.

Je vous invite à parcourir les idées partagées jusqu’à présent, à les commenter si elles vous inspirent et à publier vos idées pour révolutionner la bibliothéconomie!

Bib Talks

Publicités

Pourquoi j’aime le milieu des bibliothèques

R: La coopération

Une des raisons qui m’ont menées vers la bibliothéconomie est la mentalité du milieu. L’objectif de l’organisation n’est pas de faire de l’argent mais de diffuser l’information. Il n’y a pas le principe de compétition qu’on peut voir dans de nombreux milieux (pensons à l’éducation pour sortir de l’idée de ‘marchandises à vendre’) D’une part, évidemment, une grande partie des bibliothèques ont une clientèle captive. D’autre part, un usager qui utilise plusieurs bibliothèques risque seulement de connaître plus de services, la limite étant peut-être le temps pour sa ‘consommation’ d’information mais pas son budget.

Est-ce qu’il existe beaucoup de domaines où un pair d’une autre organisation expliquerait ce qui fonctionne le mieux dans l’achat de publicité pour notre type de produit?
Some initial thoughts on library advertising in Facebook -sur The Distant Librarian

Une bibliothèque organisée comme une librairie

(Je reprends ici quelques commentaires que j’ai laissé sur le blog Library Revolution)

Voir l’article Gilbert library to be first to drop Dewey Decimal et les commentaires de biblioblogueurs américains sur le sujet (library revolution, librarian in black,et même sur Library Journal)

Un nouvelle bibliothèque a décidé de ne pas utiliser la classification Dewey, ni aucune autre classification traditionnelle de bibliothèque. Ils vont plutôt s’inspirer des librairies pour organiser leurs documents par sujets.

Le commentaire qui revient partout est : mais la classification n’est-elle justement qu’un moyen d’organiser les documents par sujet ? Pourquoi ne pas simplement dispositionner les documents de la même manière qu’une librairie, pour rendre le bouquinage plus attrayant, tout en conservant la facilité de localisation de documents classés en Dewey (ou LC) ? Les étalages des librairies sont biens agréables lorsqu’on ne recherche rien en particulier, mais quand on veut un document spécifique, la recherche devient plus ardue.

Le nouvel Argus

J’ai reçu la semaine dernière du courrier de la CBPQ, que j’ai ouvert principalement pour le programme du congrès. L’accompagnait aussi la revue Argus. Habituellement, je la feuillette avant de la placer dans ma pile, mais je me suis surprise à dévorer le dernier numéro. J’aime beaucoup le nouveau ton, il me fait un peu penser à Information Outlook.

Les articles ont presque tous attiré mon attention et j’ai même lu les articles qui me laissaient au départ indifférente. J’ai vraiment l’impression qu’on se dirige vers une conversation entre bibliothécaires, plutôt que simplement avoir des producteurs et des lecteurs. Ce que j’espère fortement.

Félicitations à Jean-François Barbe et à tous les collaborateurs d’Argus.

Je serai au congrès à Gatineau cette semaine, je vous y verrai peut-être?