[Veille] Library Services Platforms: A Maturing Genre of Products – Marshall Breeding

Le numéro de mai/juin 2015 de Library Technology Reports, écrit par Marshall Breeding, est consacré aux Library Services Plateforms (« Plateformes de services de bibliothèque »), cette nouvelle génération de produits pour la gestion des ressources en bibliothèque.

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec Library Technology Reports, il s’agit d’une publication de l’ALA, offrant 8 numéros par année, chacun dédié à un sujet technologique d’actualité en bibliothèque. Le numéro entier est généralement écrit par un seul auteur. Les publications sont disponibles en libre accès après un embargo d’un an.

Ceux qui ont un intérêt pour les nouveaux systèmes de gestion de bibliothèque trouveront certainement ce numéro pertinent. Composé de quatre chapitres de contenus, plus un chapitre de bibliographie, il fait un bon tour d’horizon de l’état de ces produits (en date de l’hiver dernier, délai de publication oblige).

Le premier chapitre présente les plateformes de services, qui sont un type de système de gestion de ressources qui diffère des systèmes intégrés de gestion de bibliothèques (SIGB) traditionnels. Après avoir fait l’historique du développement des systèmes intégrés de gestion de bibliothèques, il présente les caractéristiques spécifiques des plateformes de services.

Caractéristiques fonctionnelles

  • Gestion à la fois des ressources imprimées et numériques.
  • Remplace plusieurs produits : SIGB, résolveurs de liens, gestion des ressources électroniques, etc.
  • Gestion de nombreux schèmes de métadonnées : MARC, mais aussi Dublin Core, XML, Bibframe, etc.
  • Gestion de plusieurs types d’acquisitions : achats, abonnement, achat initié par l’usager, libre accès, etc.
  • Accès à des bases de connaissances : ensembles de métadonnées déjà existants, ou partagés entre les clients, qui permet d’activer la ressource sans exiger un catalogage individuel de chaque bibliothèque.
  • Données analytiques intégrées : accès à même le produit aux informations analytiques permettant les décisions éclairées. À titre d’exemple, il peut exister un rapport prédéfini qui donne le coût des titres de périodique par utilisation.
  • Nouvelle organisation conceptuelle : ces plateformes délaissent l’organisation classique en « modules » : prêt – catalogage – acquisition. Toutes les fonctions sont regroupées, chaque employé n’ayant dans son tableau de bord que celles auxquelles il a accès.
  • Outils de découverte : ces système n’incluent pas de catalogue à accès public (OPAC) mais sont faits pour être utilisés en conjonction avec un outil de découverte. Différents API (Application Programming Interface) sont disponibles pour assurer les transferts d’information.

Caractéristiques techniques

  • Mode Web : Ces plateformes laissent tomber le modèle client-serveur. Les accès sont en mode Web seulement et n’exigent plus d’installation de clients sur les ordinateurs.
  • Installation multi-entités, où de nombreux clients utilisent la même structure, chacun ayant ses propres données. Les mises à jour logicielles sont faites une seule fois pour tous les clients, par le fournisseur.
  • Architecture du système axée sur le service : le logiciel est composé de nombreuses petites parties regroupées, ce qui permet un développement agile, c’est-à-dire de faire rapidement de petites modifications sans devoir changer tout le code.
  • Propose des API permettant d’interagir avec les données selon les différents besoins (par ex : offrir une interface spécifique pour un type de ressources, etc.). Ce sont les API qui permettent l’interopérabilité avec les systèmes externes. Par exemple, les dossiers d’usagers peuvent être mis à jour via un API au lieu d’être chargés en lots. De la même façon, les informations d’acquisitions pourraient être transmises au système financier de l’institution.
  • Nouveau mode d’acquisition des plateformes : par abonnement. Les SIGB traditionnels étaient acquis via d’abord des frais d’acquisition initiaux, suivi de frais de maintenance annuels. Dans le cas des plateformes de services, on procède par abonnement annuel.

L’auteur poursuit en discutant de l’avancement du développement de ces plateformes. Il existe deux types de développement de logiciels : « brownfield », où on repart d’un code existant qu’on modifie, et « greenfield », qui fait table rase de l’existant et développe le code entièrement à neuf. La majorité des plateformes de services ont été produites à partir de zéro. WorldShare réutilise un peu de code déjà existant, mais celui-ci respectait déjà les nouveaux paradigmes caractérisant les plateformes de services. Sierra, de son côté, a été développé à partir du code du logiciel Millenium.

Les questions à se poser sur le choix entre aller à une plateforme de services ou un SIGB sont évoquées dans la section qui suit.

Une section est dédiée à l’utilisation de ces plateformes dans le cadre de consortiums.

Le deuxième chapitre énonce quelques éléments à prendre en compte dans le choix d’un nouveau produit.

Dans le troisième chapitre, pour chaque produit, l’outil de découverte proposé par la compagnie est présenté. Il se conclut sur les éléments à prendre en compte à l’étape de sélection de l’outil de découverte, mentionnant les avantages des deux options, soit : prendre les produits du même fournisseur ou sélectionner ceux de concurrents.

Les avantages de faire affaire avec le même fournisseur pour les deux produits sont :

  • Le prix : car le fournisseur offrira peut-être une réduction à l’achat des deux produits
  • Le soutien technique : car si un problème se pose, la résolution risque d’être simplifiée s’il y a un seul interlocuteur.
  • L’installation et l’intégration : même si les API permettent l’utilisation de différents outils de découverte, l’intégration sera probablement plus fluide s’il s’agit de deux produits de la même compagnie.
  • Le design conceptuel cohérent : les deux produits ont été développés avec les mêmes principes.

Les avantages de sélectionner la plateforme de services et l’outil de découverte séparément sont :

  • La possibilité de faire le meilleur choix à la fois pour les besoins des employés de la bibliothèque et pour ceux des usagers, chacun étant sélectionné séparément.
  • La personnalisation : par exemple, le choix d’un outil de découverte en code libre permettant une personnalisation plus poussée par la bibliothèque
  • Une réduction de la dépendance envers un seul fournisseur.

Peu importe la décision prise, Breeding encourage les bibliothèques à s’assurer de la disponibilité d’API robustes.

Au chapitre quatre, l’auteur présente le développement et l’état de situation des cinq principaux produits sur le marché : Alma d’Ex Libris, Kuali OLE, WorldShare Management Services d’OCLC, Intota de ProQuest et Sierra de Innovative Interfaces.

Référence

Breeding, M. (2015). Library Services Platforms: A Maturing Genre of Products. Library Technology Reports, 51(4), 41. http://dx.doi.org/10.5860/ltr.51n4

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s