Premier congrès des milieux documentaires : angle livres numériques

Je crois que la plupart des participants seront d’accord, le premier congrès des milieux documentaires fut une réussite. Regrouper les gens des milieux variés a permis d’amener des points de vue différents.

Ce congrès était teinté « livre numérique » dans mon cas, de par les séances auxquelles j’ai assisté et qui m’ont le plus marqué.

La présentation que j’ai le plus appréciée est la table ronde du projet d’agrégateur de l’ANEL. Pour les détails du fonctionnement de l’entrepôt de données créé par DeMarque pour l’ANEL, je vous réfère au billet de Gilles Herman, Le livre numérique [3] : L’agrégateur québécois. Après la présentation de l’agrégateur et des principes qui l’entourent par Clément Laberge, trois autres intervenants ont présenté leur rapport au livre numérique (Bianca Drapeau des PUQ, Marie-Josée Benoit, des services aux milieux documentaires de la BAnQ – ne pas prononcer « banque » – et Guylaine Beaudry, de la Bibliothèque de l’Université Concordia). Des discussions ont suivi avec les participants dans la salle quant aux modèles à mettre en place pour l’acquistion/l’abonnement au contenu numérique pour les bibliothèques. Regrouper les acteurs de différents milieux pour discuter de manières de faire encore à définir était très intéressant. Il reste toutefois encore beaucoup à faire.

Une idée déjà en application (quoique pas encore publique) : la bibliothèque de Brossard intègre dans son catalogue un lien vers le feuilletage des documents de leur collection qui se trouvent également dans l’entrepôt de données.

C’est vraiment dommage que cette présentation se déroulait le samedi matin à 9h, vous imaginez que la salle était loin d’être à sa pleine capacité. Je dois dire que le samedi a été ma journée favorite du congrès. Qui sais, peut-être que les organisateurs ont gardé certaines des présentations les plus intéressantes pour les durs de durs qui seraient au rendez-vous un samedi matin!

Toujours dans la perspective de l’offre de contenu numérique québécois, Archambault a annoncé préparer deux offres à l’intention des bibliothèques : une offre d’abonnement au contenu numérique et une où les contenus se retrouveraient dans des livres électroniques* « e-reader » prêtés aux usagers.

Daniel Boivin d’OCLC est également venu présenter Netlibrary, qui n’est pas un service nouveau, loin de là, mais qui devrait offrir de plus en plus de contenu francophone québécois.

*: D’ici à ce qu’un concensus soit atteint au niveau de l’apellation de ces fichiers et machines, j’utiliserai « livre numérique » pour désigner le contenu, puisque ce que sont des documents sous forme numérique et « livre électronique » pour l’appareil de lecture portable puisque c’est une machine avec des composantes électroniques.

 

3 thoughts on “Premier congrès des milieux documentaires : angle livres numériques

  1. pirathecaire 17 novembre 2009 / 6:43

    Bravo pour le billet! J’y étais aussi samedi, quoi qu’enrhubée, snif. J’ai aussi adoré la présentation de François Barcelo de la SAT. Belle journée, en effet!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s